Aller au contenu principal

Mieux nous connaître : l’unité de soins palliatifs du Centre Hospitalier de Saint-Denis

L'équipe de l'USP

Fondée en avril 2011, l’unité de soins palliatifs (USP) du Centre Hospitalier de Saint-Denis propose une prise en charge  globale aux  patients atteints d’une maladie grave, évolutive ou terminale, présentant des symptômes ne relevant pas de l’hospitalisation traditionnelle et / ou nécessitant un accompagnement renforcé. Tel que défini par la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP), « l'objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle ». Unité de court séjour rattachée au pôle de médecine, l’USP est implantée sur le site de Casanova. Elle est l’une des trois unités de soins palliatifs que compte le département de la Seine-Saint-Denis.

Une structure de proximité

« Dotée de 10 lits, l’USP accueille des malades présentant des symptômes et des douleurs qu’un service classique ne parvient à gérer. L’équipe sélectionne les patients qui lui sont adressés à l’aide d’une grille d’évaluation, suivant des critères précis. L’USP ne se limite pas à la prise en charge des patients atteints de cancer – bien qu’ils soient majoritaires – mais accueille toute personne porteuse d’une maladie incurable, telle qu’une défaillance d’organe à un stade terminal, une maladie neurodégénérative ou encore une polypathologie », explique le Dr Séverine MORÉA, responsable d’unité.

La proximité géographique du patient constitue l’un des principaux critères de sélection, car elle favorise le lien avec la famille. Celui-ci est primordial. L’accompagnement du patient intègre également celui de ses proches. « Le service vit en permanence avec les familles qui requièrent souvent autant d’attention et de temps que les malades. Des aménagements nous permettent de les accueillir 24 heures sur 24. La difficulté consiste à encourager leur présence tout en préservant la tranquillité des autres patients », précise le Dr MORÉA.

Quelque peu mise à mal depuis le début de la crise sanitaire, la dimension relationnelle et humaine occupe une place centrale dans la prise en charge palliative.

 

Une prise en charge globale centrée sur le confort du patient

À l’arrivée du patient, un entretien multidisciplinaire est organisé. Il vise à évaluer l’état physique et psychique de la personne, mais permet aussi d’appréhender sa situation dans sa globalité et d’identifier la personne de confiance. A l’issue de cet échange, l’équipe reçoit la famille. Ce temps est crucial. « On laisse alors chacun s’exprimer pour réajuster le discours en fonction du degré d’information et de compréhension. On explique également la manière dont on travaille, le plus simplement possible, pour prévenir toute incompréhension future », relate Brigitte REIDON, cadre de l’unité, avant de poursuivre : « Ces entretiens permettent souvent de discerner des problématiques extérieures à la maladie, susceptibles d’interférer dans la prise en charge, avec lesquelles nous devrons composer. Est aussi élaboré lors de cette entrevue le projet de vie du patient, car l’enjeu en USP est bien d’accompagner la vie. Nous évoquons bien sûr toutes les questions centrales (alimentation, douleur, sédation terminale, spiritualité…) et expliquons que le confort du patient sera notre priorité absolue tout au long du séjour ».

Chaque membre de l’équipe, quelle que soit sa fonction, est pleinement impliqué dans l’accompagnement du malade. Lors du staff quotidien se confrontent les visions de chacun. Cette approche plurielle permet d’adapter au mieux la prise en charge des patients. « Malgré la charge émotionnelle liée à la nature de notre activité, nous avons la chance d’évoluer dans une équipe stable, soudée et partageant la même vision éthique du soin », se réjouit Brigitte REIDON.

L’activité mobile de soins palliatifs

Parallèlement à ses missions initiales, l’équipe de l’USP assure l’activité mobile de soins palliatifs sur le site de Casanova. Elle passe ainsi quotidiennement dans le service de gériatrie aigue et intervient à la demande dans les autres unités. Une activité qui s’est mise en place pour répondre à un besoin fort des services, et que l’équipe aspire à faire évoluer : « L’équipe mobile se compose aujourd’hui uniquement de médecins. La dimension multidisciplinaire est indispensable afin d’améliorer l’accompagnement des patients en fin de vie », conclut le Dr MORÉA.

 

Chiffres clés :

  • Capacité : 10 lits
  • 190 patients / an
  • Age moyen des patients : 69 ans
  • Durée moyenne de séjour : 12 jours
  • 80% de décès  •  20% de sorties
  • 240 patients / an pris en charge dans le cadre de l’activité mobile de soins palliatifs 

L’équipe :

  • 2 médecins
  • 1 cadre (mi-temps)
  • 9 infirmiers
  • 9 aides-soignants
  • 1 secrétaire
  • 2 ASH
  • 1 psychologue mi-temps
  • 1 assistant social (10% de temps)